www.atelier.net (© Copyright 2011 L'Atelier BNP Paribas)
16-12-2011 07:45 | Par L'Atelier, www.atelier.net

Le nuage social : répartir les services à partir de graphes sociaux

Le facteur de confiance issu des réseaux sociaux pourrait améliorer la construction même des systèmes distribués.


Le nuage social : répartir les services à partir de graphes sociaux

social cloud

Comme l'informatique en grille, le Social Cloud tente d'externaliser des calculs afin d'exploiter des ressources hautement agrégées. Cependant, sa particularité provient d'une relation préalablement définie entre celui qui externalise les tâches et ceux qui les réalisent au niveau informatique. Une autre différence avec le grid computing et les nuages conventionnels concerne son adoption. L'approche du Social Cloud semble plus naturelle et plus intuitive car "elle repose sur une confiance et une sécurité plus solides [entre les participants]", souligne le récent rapport de quatre chercheurs de l'Université de Minneapolis (Minnesota, USA) -  Abedelaziz Mohaisen, Huy Tran, Abhishek Chandra, Yongdae Kim. La recherche menée outre-Atlantique s'appuie sur des volontaires recrutés sur les réseaux sociaux. Elle explore le potentiel de ce nouveau paradigme informatique pour les utilisateurs, fournit des mesures de services et de performances en fonction de règles, de graphes sociaux et de structures de traces sociales empruntées au monde réel. 

Confiance et proximité

L'utilité du SocialCloud dépend des choix de conception - par exemple d'algorithmes de planification - et des compromis retenus, comme la centralisation. "Bien que certains graphes sociaux servent mal les algorithmes de protection, ils s'avèrent de bons candidats pour former un nuage social, en particulier grâce à leurs fonctions d'équilibre de charge". Parmi les avantages d'un déploiement de services en SocialCloud, la proximité des unités de calcul et de stockage arrive en tête. Ce système exploite des données locales reposant sur les applications pour lequel il est conçu. Par exemple, le traitement d'images ou de sessions vidéo prises lors d'une soirée s'effectuera sur les ordinateurs des amis ayant participé à cette réunion. Autre avantage, la confiance reste un critère essentiel pour toute communauté répartie. Elle aide à fournir des services de signature chiffrée par exemple ; elle intervient aussi dans le routage de réseaux tolérants aux pannes. 

Des performances en restreint

La confiance établie dans le réseau social facilite-t-elle la collaboration ? Le SocialCloud tente d'exploiter les aspects de confiance du réseau social, de telle sorte qu'il devient plus simple de raisonner à partir du comportement de chacun de ses nœuds, a priori tous conformes au protocole initialement prévu. Les chercheurs du Minnesota démontrent qu'il existe bien une relation entre les graphes sociaux et le comportement des services informatiques sur lesquels ils reposent. En particulier, ils prouvent que les graphes disposant d'une forte caractéristique de confiance (des preuves d'interactions visuelles en face à face), offrent un meilleur équilibre de charges lorsque le nombre d'infogérants (outsourcers) reste limité de 10% à 20% de la population totale des nœuds composant le nuage. Des graphes distincts avec des caractéristiques sociales différentes fournissent des performances différentes, note encore l'étude Américaine. Ceux qui ont des structures sociales bien définies offrent généralement un bon équilibre de charge. 

Skype
0Commentaires

plus d'articles